Attentat de l’EI à Kabul : Pourquoi le sort s’acharne sur l’Afghanistan ?

0
309

Versions
FR: ART#10 (FR) – Pourquoi le sort s’acharne -t- il sur l’Afghanistan
ENG: ART#10 (ENG) – Why does misfortune strike Afghanistan again

Article
Le 20 juin 2016, 14 agents de sécurité Népalais sont tués dans un attentat à Kabul. Attaque revendiquée par l’Etat Islamique (EI) et par les sympathisants d’Al Qaïda également. L’arrivée de l’EI dans le pays est un nouveau drame pour le pays dévasté sans interruption par les conflits perpétuels depuis l’invasion soviétique en 1979.

Suite aux défaites subites par l’EI en Syrie et en Irak, devons-nous voir par l’émergence d’une branche afghane de l’organisation une tentative de replier ses forces dans un terrain plus favorable ?

Car l’Afghanistan est un terreau idéal aux extrémismes et à la violence. En quarante ans, le pays a connu une guerre contre l’URSS (1979-1989) suivie d’une guerre civile où des factions se sont battues pour le pouvoir – pouvoir gagné en 1996 par les talibans, chassés en 2001. Depuis, la communauté internationale et afghane poursuit les combats pour chasser toutes les forces dissidentes.

Comme nous l’avons vu dans notre article « Oui, la police est utile pour la paix », l’UNPOL affirme que trois pôles d’instabilités maintiennent un pays ou une région dans le conflit permanent : sécuritaire, politique et social. Deux fléaux attisent très fortement les tensions et les crises : la corruption et les trafics de drogue.

Sécuritaire
Depuis près de 40 ans, le pays est en conflit permanent. Au quotidien, tous les déplacements sont risqués : le pays est parmi les plus minés du monde et des millions de sous-munitions ayant résisté à la chute tapissent le pays. Ces appareils militaires ont la particularité de résister très bien au temps, aussi bien que des mines posées il y a 10 ans restent mortelles. Toutes ces guerres ont laissé 800 000 personnes lourdement handicapées.

Les armes sont monnaie courante, les provinces frontalières avec le Pakistan sont vulnérables aux groupes talibans réfugiés dans le pays voisin. Les forces armées officielles – police et armée – sont encore jeunes et assistées par l’étranger. Toutes les conditions semblent être réunies pour que, sur le plan sécuritaire, l’Afghanistan soit l’un des pays les moins sûrs du monde.

Politique
Les institutions n’exercent réellement d’influence qu’à la capitale, Kabul et dans des grandes villes telles que Herat. En s’éloignant des villes, l’Etat est pratiquement inexistant. La norme reste encore les chefs des villes et des villages, les imams, les anciens. Toutes les affaires qui relèvent des pouvoirs publics – lois, règlement des litiges, éducation etc – sont gérées par ces leaders locaux qui n’opèrent pas toujours selon le respect des lois.

La corruption gangrène tous les milieux politiques à un tel point qu’elle sert même la cause des talibans – et peut-être plus tard celle de l’EI. Car ces factions se présentent comme intègres face à une classe politique peu présente.
Un des cas les plus tragiques est celui des bacha bazi : cette tradition pluriséculaire justifie l’exploitation sexuelle des jeunes garçons. Cette pratique n’est pas considérée comme de l’homosexualité, bannie par l’islam qui est la religion d’Etat et est très courante notamment dans l’armée et la police afghane. Même si lors de leur période de pouvoir les talibans utilisaient également des enfants, ils prônaient et affirment encore leur respect strict de l’islam et donc le rejet absolu de cette pratique, ce qui attire certains villages prêts à accepter leur retour.

En parallèle, les forces armées de la communauté internationale qui travaillent en Afghanistan voient au quotidien l’exploitation de ces enfants par des officiers afghans, ceux-là même censés combattre les talibans. Elles ont ordre de fermer les yeux pour ne pas froisser les relations avec le gouvernement. Ce problème illustre parfaitement tous les enjeux de la corruption.

Social
Avec une population n’ayant connu que la guerre depuis presque deux générations, illettrée et pauvre, les enjeux sociaux sont colossaux. L’espérance de vie (61 ans) est parmi les plus basses du monde. La culture de la fleur de pavot dont est issu l’opium est endémique. L’Afghanistan est le 1er producteur mondial d’opium. Le Afghan Opium Survey 2014 indique que la production est même en nette augmentation et se concentre dans les régions les plus instables.

Il existe donc un lien entre le trafic de drogue et les groupes armés hostiles. Mais la culture de pavot rapporte surtout beaucoup d’argent : 853 millions USD en 2014, soit 4% du PIB national. Aussi des civils normaux se tournent ils vers cette filière fructueuse, et alimentent ainsi d’autant plus les instabilités qui les ont poussés à cultiver le pavot.

Les inégalités et une partie des rapports sociaux s’expriment très violemment. Cette violence bien ancrée depuis longtemps est d’ailleurs considérée comme normale. Près de 90% des femmes et des filles subissent des violences au quotidien et sortir pour elles relèvent souvent de l’impossible puisque, en plus des mines, l’espace public leur est absolument refusé. Elles se retrouvent si elles font appel à la justice face à un système corrompu et failli, qui ne leur donne pas raison, voire les emprisonne.
Une minorité des enfants poursuivent leurs études au-delà du primaire. Le taux de travail des enfants est parmi les plus élevés du monde (10%). Ils jouent souvent en extérieur, dans les champs et s’occupent du bétail, où les mines antipersonnel sont nombreuses. Les formes intrigantes de ces dernières les font passer pour des jouets – tactique parfois employée à dessein pour cibler les enfants.
Que l’on soit homme ou femme, adulte ou enfant, tous les groupes souffrent encore au quotidien. La population est vulnérable.

Faut-il arrêter d’aider l’Afghanistan ?
Il faut prendre conscience que les années seront encore nombreuses avant que l’Afghanistan ne redevienne un pays stable et moderne. Certains pays ont dû attendre 40 ans avant de voir leurs efforts récompensés, dans les meilleurs cas. Si nous prenons 2001 comme année de référence, cela ne fait donc que 15 ans que l’Afghanistan est sur le chemin de la reconstruction. Sa situation ne devrait donc s’être significativement améliorée qu’à l’horizon 2040.

La patience pourrait payer. Situé au coeur du continent, le pays est une véritable passerelle entre Asie et Proche Orient. Du fait d’être resté à l’écart des enjeux étrangers comme la question du nucléaire iranien, son voisin, l’Afghanistan possèdera peut-être une certaine neutralité bienvenue dans cette région délicate. Ce ne serait plus le havre des terroristes et des conservateurs radicaux, ce qui affaiblirait considérablement ces groupes.

Le sort semble s’acharner sur l’Afghanistan car absolument toutes les conditions sont réunies. Le pays est hautement instable, sa société pauvre et violente, les obstacles à sa reconstruction nombreux et bien ancrés. L’Etat absent et corrompu permet aux mouvances terroristes de s’implanter librement. Des outils existent déjà pour permettre à ces dernières de perdurer : trafics de drogue, armes, conservatisme, rapports sociaux violents… C’est le pays idéal pour des groupes comme l’EI. Pour le moment.



SOURCES

Le contenu de cet article est en partie issu de documents officiels ainsi que de discussions menées depuis plusieurs mois par l’équipe avec une ONG en Afghanistan.

Banque Mondiale. Espérance de vie à la naissance, total (années). 2016.
http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SP.DYN.LE00.IN?order=wbapi_data_value_2015+wbapi_data_value+wbapi_data_value-last&sort=asc

CIA World Factbook. Afghanistan. 2016.
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/af.html

Goldstein, Joseph. US Soldiers Told to Ignore Afghan Allies Abuse of Boys. New York Times.
2015.
http://www.nytimes.com/2015/09/21/world/asia/us-soldiers-told-to-ignore-afghan-allies-abuse-ofboys.html?_r=0

Governance and Social Resilience Research Center. Helpdesk Research Report: Violence
against women and girls in Afghanistan. 2013.
http://www.gsdrc.org/docs/open/hdq900.pdf

Lagneau, Laurent. L’État islamique étend ses opérations à Kaboul. 2016.
http://www.opex360.com/2016/06/21/letat-islamique-etend-ses-operations-kaboul/

Nations Unies. UN Mine Action Programme. About UNMAS in Afghanistan. 2016.
http://www.mineaction.org/programmes/afghanistan

Nations Unies. UNESCO. Enhancement of Literacy in Afghanistan (ELA) program. 2016.
http://www.unesco.org/new/en/kabul/education/enhancement-of-literacy-in-afghanistan-elaprogram/

Nations Unies. UNICEF. Afghanistan: Statistics. 2013.
http://www.unicef.org/infobycountry/afghanistan_statistics.html#0

Nations Unies. United Nations Office on Drugs and Crime. Afghan Opium Survey 2014. 2014.
http://www.unodc.org/documents/crop-monitoring/Afghanistan/Afghan-opium-survey-2014.pdf

Rawa. Most of 800,000 people with disabilities in Afghanistan are uneducated and unemployed. 2013.
http://www.rawa.org/temp/runews/2013/02/06/most-of-800-000-people-with-disabilities-inafghanistan-are-uneducated-and-unemployed.html

RTL. Les « bacha bazi », ces jeunes escalves sexuels utilisés par les talibans. 2016.
http://www.rtl.be/info/monde/international/les-bacha-bazi-ces-jeunes-esclaves-sexuels-utilisespar-les-talibans-827935.aspx

Save the Children. Child Landmine Survivors: An Inclusive Approach to Policy and Practice.
2000.
http://www.savethechildren.org/atf/cf/%7B9def2ebe-10ae-432c-9bd0-df91d2eba74a%7D/LANDMINES2.PDF

LAISSER UN COMMENTAIRE