Oui, la police est indispensable pour la paix

0
480

Versions
FR: ART#9 (FR) – Oui, la police est indispensable pour la paix
ENG: ART#9 (ENG) – Yes, police forces are indispensable for peace

Article
Le 3 juin 2016 se déroulait le Sommet des Chefs de Police de l’ONU (Chiefs of Police Summit) dans le cadre de l’UNPOL. Cette organisation peut compter sur 13 500 policiers pour mener à bien ses missions. Cette journée est un excellent condensé des tendances sécuritaires actuelles, des capacités des Nations Unies et des enjeux. La place de la police dans l’insécurité est un sujet d’autant plus valide aujourd’hui : nous nous rappelons des deux fonctionnaires de police français assassinés dans leur domicile le 13 juin dernier. Explorons donc.

uncop
1. Les fonctions de la police
Pour une population vivant dans un pays depuis longtemps en paix, la police est synonyme de gardienne de la paix. Pourtant cette perception change drastiquement selon le contexte, elle n’est pas immuable.
Comme l’évoque Dmitry Titov, un Assistant Secrétaire Général pour l’Etat de Droit et les Institutions, la perception à l’égard des policiers ne sera jamais la même dans un pays en guerre ou post-conflit : ils auront participé aux combats ou tout du moins les institutions seront faibles, ce qui génère immanquablement suspicions, peurs voire extrémismes dans la population.

Dans un contexte d’après-guerre, en quoi est-ce important que la police retrouve sa place? Les populations auront des griefs remontant à l’époque du conflit à exprimer et demanderont justice. Une police inefficace ne saura gérer ces attentes, ce qui est un facteur indéniable d’instabilités nouvelles. Un service de police efficace est un outil indispensable à la mécanique du maintien de l’ordre, et donc de la paix.

Ceci passe dans un climat post-conflit par la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) et le renforcement des capacités de tout le système judiciaire. L’intervenant Abdallah Wafy, ambassadeur pour le Niger, affirme qu’il faut d’ailleurs distinguer dans les opérations de l’UNPOL les efforts au niveau systémique (RSS, institutions, lois) et ceux au niveau du terrain (formations).

rss

2. Les enjeux de l’UNPOL

Capture

Les obstacles peuvent être internes. Le Directeur Général de la Police Nationale d’Haïti, pays où l’UNPOL est active, observe qu’un décalage existe entre la super structure onusienne et le pays. Le nombre important de pays membres influence les mentalités et doctrines, ce qui peut constituer une richesse pour une équipe de l’UNPOL détachée dans un pays.

Un avantage, mais aussi un inconvénient, car cela complexifie la mission, d’autant plus que les doctrines peuvent ne pas s’adapter à la réalité du terrain.

Capture2Les obstacles sont aussi externes. Dmitry Titov le rappelle : la criminalité est innovante et dynamique.
L’ONU doit se montrer tout aussi performante pour faire face.
Cette criminalité nait dans un contexte d’instabilités multiples : sécuritaires, sociales, politiques.

Le conflit armé nourrit le terrorisme qui alimente le crime organisé qui à son tour attise les tensions.

Sécurité, société, politique. Ces trois insécurités majeures ont un impact inattendu sur les efforts de pacification : la frontière entre les militaires, les civils/l’aide humanitaire et les politiciens n’existe plus. Chacun de ces groupes est une cible.
L’ONU, qui occupe ces trois terrains, est donc de fait visée.

En 10 ans, l’Organisation a perdu 179 personnes et compte 1121 blessés. Les aides humanitaires quelles qu’elles soient sont des cibles. Entre janvier 2014 et juin 2015, en 1 an et ½ , les ONG ont a déploré 92 tués, 84 blessés et 167 kidnappés.

Les ennemis? Ils sont principalement deux : la corruption et les trafics de drogues. Une police corrompue s’ébranle de l’intérieur en plus de ne pas servir la population.

Ainsi ses deux missions, rendre justice et assurer l’ordre, sont en échec et alimentent les tensions. Le trafic de drogues génère actuellement de telles fortunes qu’il a changé la donne dans la nature des insurrections. Les groupes dissidents violents (crime organisé, terrorisme) ne se battent plus forcément pour une idéologie mais pour le simple profit.

Capture3

Nous pouvons ainsi affirmer que l’instabilité est source de richesse pour ces groupes. D’ailleurs, la carte des routes des trafics de drogue dans le monde suffit pour constater que l’on retrace un véritable chemin dans les pays les plus instables du globe.

Dans un registre similaire, le groupe Etat Islamique s’est empressé dès la création du califat de prendre le contrôle de raffineries de pétrole pour financer ses activités. Un business qui rapporta au plus fort pas moins de 1,4 millions d’euros par jour . Qui dit bénéfice, dit acheteur.  A qui profite le crime ? Une question intéressante.

3. Les solutions
Tous les intervenants du Sommet sont unanimes : des changements sont nécessaires.
➡ Le retard technologique est à combler.
➡ Le personnel doit se spécialiser, et chaque expertise se consacrer à un besoin spécifique.
➡ Les formations avant le déploiement sur le terrain doivent être réactualisées.
➡ Il faut former davantage les équipes locales et mieux intégrer les civils dans le processus.
➡ Le cadre légal et politique de l’ONU doit être solide.

Il faut avoir une approche axée sur la demande, la communauté. Ceci requiert une formation qualitative sur la langue et la culture du pays et sur les soft skills (Les hard skills sont l’équivalent du savoir-faire : compétences techniques, savoir intellectuel. Les soft skills sont du savoir-être : valeurs, habileté à la communication, sens de l’écoute ou encore créativité).

Ces efforts sont utiles. Les policiers envoyés par l’UNPOL proviennent en réalité des pays membres qui mettent à disposition une partie de leur propre personnel. Les expériences acquises sur le terrain dans le cadre d’une mission de paix sont riches et serviront indéniablement le pays d’origine.

Comme souligné lors du Sommet des Chefs de Police de l’UNPOL, la sécurité est un enjeu mondial. L’insécurité d’un pays affectera toute une série d’autres. Et à l’inverse, aider une nation à rétablir son Etat de Droit aura des effets bénéfiques pour tous.



SOURCES

Bezat, Jean-Michel. Que Sait-On de la Production de Pétrole Contrôlée par l’EI et ses Destinations ? Le Monde. 3 décembre 2015.
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/12/03/que-sait-on-de-la-production-de-petrole-controlee-par-l-ei-et-de-ses-destinations_4823291_3218.html

Nations Unies. Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime. Trafic de Stupéfiants.
https://www.unodc.org/unodc/fr/drug-trafficking/

Nations Unies. Police des Nations Unies. Chiefs of Police Summit 2016.
http://www.un.org/en/peacekeeping/sites/police/initiatives/UNCOPS.shtml

Nations Unies. Réforme du Secteur de Sécurité.
http://www.un.org/fr/peacekeeping/issues/security.shtml

Vincent, Elise et Pascual Julia. Un Policier Tué Devant chez Lui de Plusieurs Coups de Couteau dans les Yvelines. Le Monde. 13 juin 2016.
http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/06/13/un-policier-tue-devant-chez-lui-de-plusieurs-coups-de-couteau-dans-les-yvelines_4949770_1653578.html

LAISSER UN COMMENTAIRE