L’opportunité de la sécurité

0
419

Versions
FR: ART#1 (FR) – L’opportunité de la sécurité
ENG: ART#1 (ENG) – The security opportunity

Article
Le 7 juillet 2005, de multiples attentats meurtrissent Londres. Après New-York et Madrid, la capitale anglaise devenait la dernière cible du terrorisme dit islamiste. Depuis, le monde occidental a été relativement épargné en comparaison d’autres régions du monde. Des actes de terrorisme isolés ont continué de ponctuer régulièrement l’actualité, mais aucun événement d’une ampleur similaire à celle des attaques de Londres ou de Madrid n’aura inquiété pendant presque 10 ans.

Les années 2015 et 2016 marquent indéniablement la fin de cette décennie d’un sentiment relatif de sécurité. La France deux fois lourdement frappée se retrouve confrontée à un ennemi puissant aujourd’hui nommé Daech, ainsi qu’à ses affiliés.

L’ampleur de la menace a pour conséquence de devoir repenser le système de la sécurité en France. La situation obligeant à un maximum d’efficacité de la part de tous les acteurs de la sécurité publique, les agents du secteur privé deviennent des alliés incontournables pour assurer leur part – privée – dans la mission globale de sécurisation du pays. Or, le milieu de la sécurité privée souffre d’avoir été délaissé et n’est actuellement pas aussi optimal que la mission le requiert. Profession longtemps considérée comme de seconde zone, elle démontre aujourd’hui toute son importance.

L’opinion publique n’a pas tort cependant en observant avec appréhension ce milieu très peu connu, car le manque d’intérêt a conduit à un manque de réglementation – jusqu’à la création du CNAPS – pour développer au maximum et dans les meilleures conditions possibles ce secteur prolifique. Car le marché mondial, détenu majoritairement par les anglo-saxons, génère des revenus colossaux en plus d’être extrêmement flexible et d’offrir des postes partout dans le monde.

Les professions qui composent la sécurité et la défense privées varient énormément et ne doivent pas être comparées aux clichés habituels, car des particuliers aussi bien que des entreprises confient leur sécurité entre les mains d’experts, des ONG partant oeuvrer en zone hostile font appel à des agents privés afin de mener à bien leurs projets, l’ONU elle-même confie certaines de ses missions à des groupes privés.
Le milieu de la sécurité est donc moins confus qu’il n’y parait. Il aura malheureusement fallu que la sécurité privée devienne indispensable pour se voir digne d’intérêt. Néanmoins, il est indéniable que ce secteur en cours de (re)découverte en France, nécessite toujours plus de régulations afin d’évoluer dans un cadre cohérent et salutaire.



SOURCES

United Nations Human Rights. Office of the High Commissioner. Study on the Use of Private Military and Security Companies (PMSCs) by the United Nations.
http://www.ohchr.org/

Vaux, Tony, Chris Seiple, Greg Nakano et Koenraad Van Brabant. Humanitarian Activity and Private Security Companies, Opening the Debate.
http://www.operationspaix.net/

LAISSER UN COMMENTAIRE